fbpx
Qu’est-ce que je soigne avec la Réflexologie ?

Qu’est-ce que je soigne avec la Réflexologie ?

On me demande souvent « Est-ce que la réflexologie peut faire quelque chose pour tel trouble ou tel problème de santé que je ressens? » Quoi de mieux que vous partager ce sur quoi nous avons eu des effets, avec les personnes qui sont venues me voir, ces derniers mois?

Voici quelques exemples :

  • besoin de détente, relaxation
  • grosse fatigue, besoin de régénération
  • paresthésies des orteils
  • douleur chronique des pieds ou jambes, suite à un accident
  • douleur du dos, du ventre (estomac, intestins), douleur généralisée
  • insomnies, cauchemars
  • stress aigu et stress chronique
  • sensation de boule dans la gorge ou boule au ventre permanente

Et voici quelques retours sur ce que j’ai apporté par mes soins : « grande qualité d’écoute », « bienveillance », « orientation vers les bons spécialistes », « compréhension », « douceur dans le toucher », « réconfort face à un deuil », « nouvelles pistes pour comprendre et soigner mes troubles ».

Il va de soi que l’équilibre santé-bien-être ne dépend pas que d’un soin, d’un soignant, ni d’une technique ou d’un traitement seul. La santé est une harmonie subtile qui trouve son équilibre dans un ensemble de coopérations, centrées sur chaque individu en particulier. Plus je me forme, plus je comprends que chaque professionnel détient une partie seulement de la compréhension du corps humain et de la vie. C’est pourquoi, je vous inviterai toujours entretenir une bonne alliance avec votre médecin traitant et à rechercher des solutions pluridisciplinaires, pour répondre à vos besoins complexes en santé.

Podcast: Les Grecs anciens au secours de 2021 !

Podcast: Les Grecs anciens au secours de 2021 !

Philosophie ancienne, une ressource pour 2021

Grâce à Pascal Mueller, Professeur de Phisophophie ancienne, nous explorons comment les sagesses intemporelles peuvent nous éclairer de nos jours.

Entre besoin d’adaptation, monde en mutation, la philosophie des Grecs anciens, en particulier, nous parle de la nature profonde de l’homme, comme d’un moyen de garder des repères et de comprendre notre monde, pour mieux interagir.

Merci RCF Anjou, Cécile de Vitton et David Mainfroid. De me permettre encore une fois de prendre la parole et de vivre de merveilleux temps d’échange, en espérant apporter des pistes de réflexion pour aller bien.

Plantés juste à temps !

Plantés juste à temps !

Aujourd’hui, 20 mars, c’est le Printemps ! Bonne fête la Terre !

Nous venons juste de finir de planter 70 arbres et jeunes plants, sur le bout de planète que où se situe ma salle de soin, immergée en pleine nature, dans une Tiny House.

Une belle allée d’amélanchiers pour accueillir,
un chêne pour rétablir le chapelet de chênes ancestraux le long de la clôture,
le début d’une mini forêt, selon Myawaki, https://www.minibigforest.com/notre…/la-methode-miyawaki/
Un cèdre bleu, comme chez mes grands parents.
Un ginkgo, essence d’arbre ayant survécu à l’ère glaciaire, et à Hiroshima, pour tous ceux que j’accompagne à renaître des cendres du burn-out.
Un saule des vanniers, pour avoir toujours de quoi tisser des liens et des paniers, pour recueillir la vie en abondance, ensemble.
Un aulne, un orme, du houx, … en mémoire de mes ancêtres celtes.
Et bien d’autres arbustes, vivaces et couvres sol, pour nourrir les oiseaux, embellir la vie et recycler l’air.

Prochaine étape: nichoirs pour soutenir la diversité de l’écosystème – bio depuis toujours – des terres sur lesquelles j’ai la joie, l’honneur et la responsabilité de veiller.

Un adage familial m’a enseigné  » Tant qu’il y a de la Vie, il y a de l’Espoir ! « 
Alors en ce Printemps, nous cultivons l’Espoir pour nous et pour les générations futures.
Et ça fait du bien 

D’ailleurs, n’hésitez pas à observer les bourgeons éclore, ça nourrit l’Espoir.

Beau printemps à tous !
Et de tout coeur: Que l’Espoir soit avec vous ! 

Nouveau regard sur les temps forts spirituels, comme le Carême, en 2021

Nouveau regard sur les temps forts spirituels, comme le Carême, en 2021

Pour les Chrétiens, depuis mercredi, c’est le Carême.

Comme d’autres temps forts spirituels (Yom Kippour, le Ramadan,…), il est un chemin l’ascétisme proposé aux croyants pour nourrir leur vie spirituelle. D’ailleurs, on peut les regarder de loin, avec des préjugés pires que ceux qu’on reproche aux croyants. Ou bien, on peut se pencher sur cette proposition avec un regard neuf et chercher ce qu’elles pourraient apporter d’intéressant.

Avec la baisse de la pratique chrétienne, et la moindre médiatisation des événements religieux, ainsi que des siècles de tradition qui semble figée, le Carême est mal connu. A contre courant du marketing de la société de consommation, il pourrait être interprété, si on n’y regarde pas de près, comme un temps de privation masochiste et de « bondieuserie » plus qu’à un temps de ressourcement « sacrément » intéressant.

A fortiori, en 2021, avec une pandémie qui semble déjà être source de privations et de frustrations imposées, aux allures de Carême Républicain, comment oser parler du Carême ? Et quel sens peut avoir cette proposition ?

Question délicate et peut-être dérangeante. Et pourtant comme le Ramadan et Yom Kippour, il se peut que cette tradition séculaire ait perduré pour ses vertus bénéfiques intemporelles avant tout …

Avec Jean-Marc Liautaud, Théologien et Formateur à l’Iffeurope, et avec Cécile de Vitton, nous avons tenté d’apporter un nouveau regard sur ce sujet.

Potentielle source de vie, creuset d’un travail de choix pour moins s’épuiser, laboratoire de retour à soi pour mieux revenir au monde… chassez vos préjugés et écoutez, vous pourriez être intéressé !